Scénariste
Grande-Bretagne
Née en 1965

Joanne Kathleen Rowling est une célébrité depuis le succès de Harry Potter. Née le 31 juillet 1965 non loin de Dursley, près de Bristol en Grande-Bretagne, elle commence à écrire dès l’âge de six ans. Elle rêve de contes et d’histoires fantastiques. En compagnie de sa sœur, elle s’amuse avec ses voisins Ian et Wikki Potter. Puis, conformément à la volonté de ses parents, elle fait des études de langues à l’Université. En 1993, après le décès tragique de sa mère, elle entreprend d’écrire l’histoire du jeune sorcier orphelin Harry Potter. A cette époque, elle est loin de se douter de la réussite que vont connaître ses livres. Elle a avant tout besoin de trouver quelqu’un qui les fasse paraître. Après de nombreuses recherches, elle finit par obtenir un contrat chez un éditeur. Ce dernier n’est d’ailleurs pas convaincu que la romancière puisse gagner de l’argent avec ses histoires destinées aux jeunes. Il lui demande même de les faire paraître avec deux initiales à la place de son prénom, de manière à ce que les lecteurs ne remarquent pas qu’elle est une femme, prétextant que les livres pour enfants écrits par des hommes se vendent mieux. C’est pourquoi, Joanne Rowling ajoute à son nom Kathleen, le prénom de sa grand-mère préférée: Joanne Rowling devient donc J. K. Rowling. En 1998 paraît «Harry Potter à l’école des sorciers». C’est un triomphe! Ce premier livre devient rapidement un best-seller. En tout, l’autrice va même en écrire sept. Les grands studios d’Hollywood essaient alors d’en obtenir les droits d’adaptation, car ils sont sûrs de pouvoir réaliser une bonne affaire. C’est le studio Warner Bros qui produit les films et réalise ainsi l’un des plus grands succès commerciaux des Etats-Unis. Joanne Kathleen Rowling devient donc riche grâce à la parution annuelle de ses livres et aux adaptations cinematographiques qui leur correspondent. Sa fortune personnelle est d’ailleurs estimée en 2004 à un milliard de dollars!

L’inspiration

C’est dans un train bondé et en retard, reliant Manchester à Londres, que la romancière a eu l’idée de son personnage. Regardant par la fenêtre, elle a rêvé d’un jeune garçon orphelin ignorant qu’il est magicien. Le soir même, elle a commencé d’écrire. Dès lors, elle a accompli un travail frénétique malgré une situation financière précaire et son emploi d’enseignante. Le soir, elle lisait ses essais à sa fille Jessica afin de les tester.

A l’abri des médias

Les sept romans Harry Potter ont été traduits en 60 langues et vendus à des millions d’exemplaires. Malgré ce succès, Joanne Kathleen Rowling mène une vie tranquille et reste à l’abri des médias. Il lui arrive d’ailleurs de regretter d’être devenue si célèbre: «Un de mes regrets est que je ne pourrai plus jamais avoir le plaisir de me glisser dans un café, n’importe quel café qui me plaît, m’asseoir et plonger dans mon monde, sans que personne sache ce que je fais, sans que personne ne se soucie de moi, être anonyme, c’était fantastique.»