Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
Un film de Alfonso Cuarón
Avec Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint, etc.
Etats-Unis, 2004, 2h16

Fiction
Conseillé à partir de 9 ans
Adaptation du roman de Joanne Kathleen Rowling

Dans le train pour Poudlard, la désormais célèbre école de magie, Harry Potter, rencontre des gardiens de la prison d’Azkaban à la recherche d’un évadé, Sirius Black, qui est lui-même aux trousses du jeune sorcier aux lunettes rondes. Ces gardiens sont appelés des «détraqueurs». Ils sont sombres, glissent dans l’air et aspirent la vie sur leur passage… Harry est très sensible à leurs pouvoirs. Heureusement, le nouveau professeur de défense contre les forces obscures, Remus Lupin, lui apprend à se défendre contre eux. Comme le dangereux Sirius Black est à sa recherche, Harry n’a pas la permission d’aller visiter le village de Pré-au-Lard avec les autres élèves. Il doit rester seul à Poudlard. Mais, grâce à sa cape qui rend invisible ainsi qu’à la carte des «maraudeurs», il quitte l’école et va faire des découvertes surprenantes…

Un troisième épisode réussi

En accord avec l’auteur du roman Joanne Kathleen Rowling, le réalisateur mexicain Alfonso Cuarón a changé l’ordre de certains événements par rapport au livre et modifié certains passages. Cela rend le film très divertissant sans pour autant trahir l’histoire originale. En effet, ce troisième film de la série «Harry Potter» est sans aucun doute le plus réussi jusqu’ici. Le cinéaste délaisse la simple description chronologique qui altérait les deux premiers films pour aller explorer les collines et les forêts des alentours de Poudlard, peuplées de sombres énergumènes. La mise en scène est très rythmée, pleine de rebondissements et de coups de théâtre, par exemple Sirius Black est en réalité un bon et non un méchant. Il y a un juste équilibre entre l’utilisation d’effets spéciaux très sophistiqués, les decors et les maquettes. Pour le plus grand bonheur des spectateurs, «Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban» est cette fois vraiment un conte. Ce Harry Potter-là semble donc être la preuve que l’on peut réaliser un film de commande à Hollywood tout en gardant son propre style et ses qualités d’auteur.

Pas pour les petits

Les deux premières adaptations d’Harry Potter étaient très sages. Ce troisième film fait beaucoup plus peur. Il y a plein d’effets spéciaux qui ne sont pas dans le livre. Dans le bus des sorciers, par exemple, il y a des têtes réduites qui parlent et qui font des commentaires ironiques. Certaines scenes sont très funèbres. Les acteurs comme les personnages ont grandi: ils sont moins protégés et courent des dangers de plus en plus grands. Le film est plus adulte. Du coup, cette adaptation est plus mature et bien plus crédible que les deux premières! Dans certains pays, la limite d’âge du film a d’ailleurs été rehaussée, ce qui a tellement fâché certains enfants que les exploitants ont ensuite décidé de la rabaisser.

 
 

About the author

More posts by