Le ou la groupiste, parfois appelé «groupman», est un technicien responsable du fonctionnement d’un groupe électrogène installé à proximité des lieux de tournage.

Responsable du générateur
Pour tourner un film, on a besoin de lumière. C’est pourquoi les électriciens installent des projecteurs. Et ceux-ci ne marchent pas sans électricité! Lorsqu’il n’y a pas de source de courant suffisamment puissante pour les faire fonctionner à proximité des lieux de tournage, on fait appel à un groupiste. Ce dernier installe alors un groupe électrogène, c’est-à-dire un générateur d’électricité à essence ou à gaz. Comme son moteur fait beaucoup de bruit et peut donc gêner les prises de vue, il est habituellement éloigné du plateau de tournage. Il faut alors que le groupiste installe des câbles électriques qui transportent l’électricité sur place. Pour que tout fonctionne bien, le groupiste doit collaborer avec le chef électricien qui se charge de faire installer l’éclairage et tous les appareillages électriques nécessaires au tournage.

Des tournages loin de la civilisation
Lorsque le tournage a lieu dans des endroits sauvages éloignés de tout, on fait donc appel au groupiste afin qu’il assure l’approvisionnement électrique nécessaire. Par exemple, quand Erich Von Stroheim a tourné «Les Rapaces» dans la Vallée de la mort, des groupistes sont intervenus. Ce fut aussi le cas lorsque John Ford a réalisé son western «La Prisonnière du Désert» dans le parc de Monument Valley. Quant à George Lucas, il n’a pu se passer de groupistes pour tourner les scènes de «Star Wars: la revenge des Sith» qui ont lieu dans des décors désertiques au Maroc. Pareil pour Sean Penn qui a aussi eu recours à leurs services pour les scènes de «Into the Wild» qui se déroulent dans le grand Nord.