Scénariste, réalisateur
Allemagne
1899 – 1974

Né le 23 février 1899 à Dresde, Erich Kästner est l’un des auteurs de littérature enfantine les plus lus au monde. Ses livres sont traduits dans plus de cent langues et la plupart ont été adaptés au cinéma. On lui doit notamment «Petite Maman» et «Emile et les détectives».

Un bon élève
Dans sa jeunesse, Erich Kästner vit très simplement. Ses parents ne s’entendent pas très bien. Son père est employé comme sellier dans une fabrique. Sa mère est une femme très volontaire. Dans la famille, c’est elle qui prend les décisions. Elle gagne de l’argent en tant que couturière et elle loue une chambre de l’appartement. Ses premiers locataires sont des maîtres d’école. Erich passe alors volontiers du temps à discuter et à apprendre avec eux. Puis, sa mère ouvre également un petit salon de coiffure dans l’appartement, comme dans «Emile et les détectives». A l’école, Erich est un très bon élève. A 14 ans, il suit déjà des cours d’enseignements dans l’idée de devenir professeur. Cependant, l’image de l’homme qu’on lui inculque ne lui convient pas. Il faut dire qu’Erich a lui-même connu des professeurs qui battaient leurs élèves à la baguette. C’est pourquoi, il décrira plus tard l’école comme «une caserne militaire pour enfants». Ensuite, au lycée, il rencontre un professeur qui respecte ses élèves et les traite avec équité. C’est à ce dernier qu’Erich Kästner rend hommage en 1933 dans «La Classe volante»: un bon professeur doit convaincre grâce à des arguments et non par la violence. Et Erich Kästner de dire aux écoliers: «Ne soyez pas trop zélés! Ne vous moquez pas des idiots! Méfiez-vous de vos manuels scolaires!»

Ecriture, théâtre et cinéma
Bientôt, Erich Kästner commence à écrire. Il ne veut plus devenir professeur. Au lycée, il publie ses articles et ses poèmes dans le journal des étudiants et dans une revue de théâtre. Il va d’ailleurs souvent et volontiers au théâtre. Parfois, il travaille comme figurant. Après les cours, il étudie l’allemand et l’art dramatique. Il gagne de l’argent, entre autres comme critique de pièces de théâtre, et plus tard avec des poèmes et des articles qui se moquent de la politique. En 1927, après avoir terminé ses études à Leipzig, il se rend à Berlin, qui est à l’époque l’une des villes les plus vivantes et les plus intéressantes d’Europe. Kästner prend plaisir dans les cafés berlinois et, dès qu’il a un peu d’argent de côté, voyage avec ses amis.

Un succès mondial
A Berlin, une éditrice conseille à Erich Kästner d’écrire un livre pour enfants. «Emile et les détectives» paraît en 1928. Le résultat de ce premier essai est un succès mondial. En 1930, Kästner publie «Petit Point et Anton». La même année, «Emile et les détectives» est adapté au théâtre à Berlin et les droits sont vendus à la Ufa, qui est à l’époque la plus grande maison de production d’Allemagne. Kästner est engagé comme scénariste pour l’adaptation cinématographique du livre. L’Ufa engage également d’autres auteurs pour le scénario comme Emmerich Pressburger et Billy Wilder, qui feront tous deux carrière à Hollywood en tant que realisateurs. «Emile et les détectives» sort au cinéma en 1931, en noir et blanc. Le film est un grand succès et tourne pendant de nombreuses années.

Interdit par les Nazis
Kästner semble implacable. En 1931 paraît «Der 35. Mai». En 1932, «Petit Point et Anton» est adapté au théâtre par l’un des metteurs en scène allemands les plus prestigieux de l’époque: Max Reinhard. En 1933 paraît «La Classe volante». La même année, Hitler prend le pouvoir de l’Allemagne et c’est le troisième Reich. Le 10 mai 1933, à Berlin, les Nazis brûlent les livres qui ne correspondant pas à leurs idées infectes. Les œuvres de Kästner en font partie. Victimes de la censure, beaucoup d’auteurs choisissent alors l’exil, mais Kästner reste en Allemagne, car il ne peut pas s’imaginer vivre dans un autre pays. Un de ses amis fonde à Bâle une nouvelle maison d’édition et continue de publier ses livres, bien qu’ils soient interdits. Kästner n’arrête pas d’écrire, malgré la censure. Sous le gouvernement nazi, il travaille également à des scenarios.

Humour et humanité
Les livres et les adaptations cinematographiques de Kästner se caractérisent par un délicieux humour. Kästner aime ses personnages. Il décrit leurs forces et leurs faiblesses avec un sens comique mais aussi avec respect. Chez lui, les enfants sont supérieurs aux adultes: ils prennent des responsabilités, comme Emile ou Anton, ou bien ils montrent à leurs parents ce qui est important dans la vie. Selon Kästner, les enfants doivent être pris au sérieux, car ils voient le monde avec plus de sérénité et de clarté que les adultes.