«La Chambre du fils», un drame bouleversant.

Dès le XVIIIe siècle, le drame – du grecque «drama» qui signifie «action» – qualifie les pièces de théâtre qui racontent une histoire tragique accompagnée de quelques éléments comiques, réalistes ou familiers. Il se situe en quelque sorte entre la tragédie et la comédie. Dès les débuts du cinéma, le drame devient un genre cinématographique utilisé pour regrouper les films qui racontent des événements terribles. Comme cette définition est très large et que les cinéastes s’intéressent souvent aux destins cruels des hommes, le drame peut servir à rassembler de nombreux films de l’histoire du cinéma. C’est pourquoi, on lui préfère ses sous-genres: le drame historique, le drame psychologique, la comédie dramatique, etc.

Des films dramatiques

Au cinéma, le drame se caractérise par des événements graves qui frappent les personnages, comme la mort ou la misère. Les films dramatiques montrent généralement des histoires familières. Ils paraissent donc très vrais et le spectateur s’y identifie, ce qui lui donne beaucoup d’émotions. Des films aussi différents que «La Chambre du fils» ou «Bashú, le petit étranger» sont représentatifs des histoires bouleversantes que racontent les drames. Cependant, comme la définition de ce genre reste très générale, il est difficile de classer les films. C’est pourquoi, on les range volontiers en sous-genres: il y a le drame historique, dont les protagonistes sont confrontés aux vicissitudes de l’Histoire, comme «Kagemusha», «Les Sentiers de la gloire», «Barry Lyndon» ou «Germinal»; le drame psychologique qui propose une analyse détaillée des sentiments des personnages, comme «Le Dernier Métro» ou «Casque d’or»; le drame social qui offre un regard réaliste sur les inégalités et les injustices de la société, comme «Les Raisins de la colère», «Los Olvidados», «La Promesse» ou certains films de Ken Loach; le drame mondain qui se déroule dans des familles aisées, comme «L’Opinion publique» ou «La Splendeur des Amberson»; la comédie dramatique qui est un mélange de drame et de comédie, comme «La Règle du jeu» ou «L’Auberge espagnole»; le drame sentimental qui raconte un amour impossible, comme «Titanic», et le mélodrame qui bouleverse le spectateur avec des situations souvent invraisemblables et peu réalistes, comme dans «Autant en emporte le vent».