La doublure désigne la personne qui ressemble suffisamment à l’acteur pour pouvoir prendre sa place dans certaines scènes ou dans certaines prises de vue. Par exemple, le cascadeur est considéré comme une doublure, mais il y a d’autres raisons de remplacer l’acteur sur le plateau de tournage.

A la place de l’acteur
L’utilisation d’une doublure est bien antérieure au cinéma puisqu’elle était autrefois utilisée au théâtre: s’il arrivait un accident ou un incident à l’acteur, la doublure était là pour le remplacer au pied levé. Au cinéma, la doublure n’est pas exactement un métier, car ce terme est souvent utilisé pour qualifier d’autres professions. En général, on qualifie de doublure le cascadeur, le sportif ou l’acrobate, qui remplace l’acteur pour les scènes dangereuses. On utilise aussi le terme «doublure-corps», lorsque le rôle de la doublure est de se substituer à l’acteur pour les scènes risquées, violentes ou de nudité. Et l’on emploie le terme de doublure-lumière lorsqu’elle le remplace pendant les réglages de la caméra et de l’éclairage. On peut également parler de «doublure-voix», lorsque la doublure parle à la place d’un acteur. C’était par exemple le cas au début du cinéma sonore, quand des stars du muet qui avaient d’horribles voix ont commencé à tourner des films parlants, comme on peut le voir dans «Chantons sous la pluie».

La doublure-corps
La doublure-corps est un figurant de même physique, de même taille et de même poids que l’acteur qui le remplace à l’écran, soit pour des raisons pratiques, soit pour des raisons de sécurité. Quand on filme des plans d’ensemble, on emploie souvent une doublure pour éviter de déranger l’acteur: utiliser une doublure revient moins chère qu’une star. C’est pareil pour certains plans rapprochés, comme ceux où l’épaule de l’acteur est en amorce d’un champ-contrechamp. Mais attention! Il faut toujours veiller à ce que la doublure porte les mêmes vêtements que l’acteur et qu’elle soit «raccord». On utilise également la doublure-corps pour les scènes violentes ou risquées, les cascades, afin de préserver l’acteur. C’est aussi le cas pour les scènes de nudité. Si l’on veut des gros plans sexy pour pimenter le film, on utilise des doublures, parfois même sans en informer l’acteur ou l’actrice. Il faut dire que les doublures qui sont utilisées dans ces scènes sont choisies pour leurs avantages physiques. Par exemple, dans «Pretty Woman», ce ne sont pas les jambes de Julia Roberts que l’on voit dans le film. En effet, le réalisateur a jugé que ses jambes n’étaient pas assez belles pour apparaître en gros plan… Il arrive également souvent que certains acteurs, trop pudiques, se fassent remplacer pour tourner les scènes de nus. Mais, dans tous les cas, les doublures doivent rester anonymes: cela fait partie de leur contrat!

La doublure-lumière
La doublure-lumière est aussi une personne qui ressemble à l’acteur. Cependant, elle n’apparaît pas à l’image. Elle sert uniquement à préparer les prises de vue. Souvent jouée par des comédiens débutants cherchant à prendre contact avec l’ambiance des plateaux de cinéma, elle sert à régler la lumière, la caméra et les mouvements de caméra. De même silhouette et de même stature que l’acteur, la doublure-lumière doit également porter les mêmes habits que ce dernier et occuper sa place sur le plateau, qu’elle soit fixe ou mobile. Il faut aussi que ses habits soient de la même couleur, afin de pouvoir régler l’éclairage en fonction de l’acteur qui va prendre sa place.