«Chérie, je me sens rajeunir», l’un des chefs-d’oeuvre de la comédie.

Le mot comédie vient du grec «kômôdia» qui veut dire «pièce de théâtre» et correspond au théâtre de manière générale. Aujourd’hui, on parle plutôt de comédie pour désigner ce qui fait rire, mais on dit toujours «faire de la comédie» pour signifier que l’on joue un rôle. Les acteurs sont d’ailleurs des comédiens. Avant d’être un genre cinématographique, une comédie est donc d’abord une pièce de théâtre qui fait rire.

Un genre difficile à définir

Au cinéma, la comédie est un genre et regroupe tous les films qui font rire en présentant le ridicule des personnes et de la société. De «La Croisière du Navigator» à «Maman, j’ai raté l’avion!», en passant par «La Folie des grandeurs» et «Les Vacances de Monsieur Hulot», il existe plein de films comiques. Ils sont si différents les uns des autres qu’il est difficile de déterminer les caractéristiques de la comédie. C’est pourquoi, on la divise elle-même en plusieurs genres. Il y a les films burlesques, les parodies, les comédies américaines, les comédies à l’italienne, les comédies britanniques, les comédies françaises, etc.

Différente selon les pays
Chaque pays a développé son propre genre de comédie, car les humours diffèrent selon les régions. Par exemple, la comédie à l’italienne se caractérise par un regard critique sur la société. La comédie française est souvent gesticulante et pleine de grimaces, comme chez Louis de Funès, ou alors elle s’inspire du théâtre vaudeville et est légère, divertissante et pleine de rebondissements, comme dans «Les Visiteurs» ou «Bienvenue chez les Ch’tis».

L’importance des dialogues
On peut quand même dire des généralités à propos des comédies. Dès l’arrivée du cinéma parlant, elles emploient surtout le dialogue pour faire rire le spectateur. Elles exploitent également le gag visuel et gardent ainsi certains traits du cinéma burlesque. Elles utilisent le comique de situation et le comique de répétition. Une comédie réussie dépend en effet de l’habileté des acteurs et du réalisateur à créer des situations cocasses, ainsi que de la répétition appropriée d’un même gag dans un même film. De plus, les gags, qu’ils soient visuels ou sonores, se succèdent à un rythme soutenu.
Par ailleurs, comme il est souvent plus facile de parler de choses pénibles avec humour, la comédie semble faciliter les sujets graves. Ainsi, «Le Dictateur», «To Be or Not to Be» ou «La vie est belle» sont des comédies sur la Deuxième Guerre mondiale.