Le son d’un film est constitué de musique, de dialogues et de bruits. On peut enregistrer les bruits directement pendant le tournage, ou bien les ajouter en studio lors de la postproduction. Parfois, le problème est que l’on n’a pas pu les enregistrer en même temps que les images, parce qu’il y a trop de bruits dérangeants lors de la prise de vue. Pour «L’Ours» de Jean-Jacques Annaud, on n’a pas pu utiliser le son direct, parce que des dresseurs dirigeaient les ours à voix haute pendant le tournage. Si on avait pris le son direct, on entendrait les dresseurs parler pendant tout le film! On a donc enregistré le son pendant la postsynchronisation.
Il y a bien d’autres choses que l’on ne peut pas enregistrer pendant le tournage. En effet, comment enregistrer les bruits d’un extraterrestre ou d’un ovni? Ils n’existent pas dans la réalité. On est donc obligé de les inventer!

Des bruits inventés

Il y a des métiers spécifiques pour le bruitage des films. Les bruiteurs travaillent avec le sound designer et l’ingénieur du son. Ensemble, ils inventent les bruits des monstres ou des soucoupes volantes.
Le son de «Microcosmos» a été ajouté à la postproduction. Une séquence de ce film montre la marche de petites fourmis, dont le bruit est si faible qu’il ne peut être enregistré dans la nature, puisque même le micro le plus sensible ne peut l’entendre. Ce passage devait-il rester muet? Non, cela aurait été trop bizarre! Les bruiteurs ont donc frotté des boules de lin entre leurs mains et ils ont enregistré le son que cela faisait. Et le résultat donne vraiment l’impression d’entendre les fourmis marcher!

Des banques de sons

Tous les bruiteurs et les ingénieurs du son ont de grandes collections de bruits à disposition. Ils ne doivent donc pas se lever à cinq heure pour enregistrer le chant du coq ou attendre le crissement des pneus d’une voiture dans un virage. Il leur suffit de chercher dans leur banque de sons ce dont ils ont besoin. Souvent, ils mélangent différents bruits, par exemple pour reproduire le son d’un avion qui s’écrase, d’un bateau qui coule ou de dinosaures blessés.
Il y a des bruits que l’on crée à l’ordinateur, grâce au numérique: ils sont ensuite stockés dans de gigantesques banques de sons et disponibles sur Internet.